Vous êtes ici  > Prestations > Adultes > Allocation Adulte Handicapé (AAH)

Allocation Adulte Handicapé (AAH)

Pour assurer à une personne adulte handicapée un minimum de ressources.

Toute personne en situation de handicap qui ne peut prétendre à un avantage invalidité, à une rente accident du travail ou vieillesse d’un montant au moins égal à l’Allocation Adulte Handicapé peut faire une demande d'Allocation Adulte Handicapé (AAH).

Les conditions pour ouvrir les droits à l'Allocation Adulte Handicapé (AAH) sont :

  • soit avoir un taux d’incapacité reconnu égal ou supérieur à 80% ;
  • soit avoir un taux d’incapacité entre 50% et 79% si une restriction substantielle et durable pour l’accès à l’emploi est reconnue par la CDAPH

L'Allocation Adulte Handicapé (AAH) est versée aux personnes résidant de façon permanente en France* et en situation régulière.

En cas d’hospitalisation, de séjour en Maison d’Accueil Spécialisé, de maintien en Institut Médico-Educatif (IME), d’incarcération, l’AAH peut être réduite.
Cette réduction s’effectue à compter du mois suivant celui du 60ème jour d’hospitalisation ou en établissement (MAS ou pénitenciaire). S'agissant du maintien en IME, la réduction s'effectue dès le 30ème jour.

A partir de 16 ans
Pour les personnes travaillant avec une rémunération supérieure à 55% du SMIC ; marié ou vivant maritalement ; percevant une prestation familiale (ALS ou allocation logement à caractère social) ; vivant seul ou en foyer et ne pouvant pas être rattaché à un allocataire qui en assure la charge.

A l'âge légal de départ à la retraite
L’AAH n’est plus versée. Les bénéficiaires basculent dans le régime retraite pour inaptitude. En cas de taux d’incapacité d’au moins 80%, une AAH différentielle peut être versée en complément d’une retraite inférieure au minimum vieillesse.

Organisme payeur

Régime de prestations familiales (CAF ou MSA)

Son rôle est de vérifier les conditions administratives et de ressources. Si elles sont remplies l’allocation sera versée.

* séjour à l’étranger n’excédant pas 3 mois hormis pour poursuivre des études, apprendre une langue étrangère ou parfaire sa formation professionnelle (SS art. R 821-1)